[B1] Géopolitique de l'Europe au milieu du XVIIIe siècle

Publié le par 1A 08/09 notes

Séance 1 : Géopolitique de l’Europe au milieu du 18ème siècle

 

Etat de l’Europe à cette période ? Qu’est-ce qui va changer ? (pol.) ® Lumières

 

® regarder carte géopolitique à cette époque

 

 

 

       I.      Les monarchies traditionnelles

 

 

Europe presque entièrement monarchique à cette époque, quelques républiques aristocratiques.

Etats dynastiques (familles détenant pouvoir de manière « légitime ») depuis longtemps ® Empires (immenses), royaumes, Etats ecclésiastiques, républiques.

 

a)      Les empires en 1750

 

Empires : 4

 

-          Saint Empire romain germanique, plus ancien, origine Charlemagne. 18ème = Europe germanique, plus de 300 Etats (Allemagne, Autriche, république tchèque aujourd’hui). Très grand (constitué d’un empire (Autriche), d’un royaume (Prusse), de villes autonomes, etc.). Empereur = Habsbourg, également empereur d’Autriche. Sacré à Francfort. Assisté d’une Diète qui siège à Ratisbonne (organisation symbolique des princes, se réunit rarement). Structure ancienne, inefficace. Menacée par consolidation de la Prusse, à l’intérieur de cet empire, à l’Est.

 

-          Empire d’Autriche, Habsbourg, siège à Vienne, Empereur d’Autriche, rois de Bohème, et de Hongrie, possèdent également une partie de la Belgique actuelle (Pays-Bas germanique). Quelques uns de la famille sont en Italie. Impératrice d’Autriche, Marie-Thérèse = « gd mère de l’Europe » ® filles se sont mariées dans différents pays (cf. Marie-Antoinette). Allemand langue officielle. Catholique, mais sujets appartiennent à différentes confessions (catholiques, protestants, orthodoxes, juifs et musulmans) ® empire multinational, multiconfessionnel.

 

-          Empire ottoman, 3 continents (Europe : Balkans Grèce Bulgarie, Roumanie ; Asie : Turquie, Irak, Syrie, Liban, Palestine ; Afrique : Egypte jusqu’à Algérie). Capitale : Istanbul (auparavant Byzance, Constantinople, située entre Europe et Asie). Sultan : chef politique et religieux (calife, commandeur des croyants musulmans). Religion = Islam, avec minorités chrétiennes et juives. Déclin militaire milieu 18ème (cède territoires, comme la Hongrie, la Crimée (vers la Russie))

 

-          Empire russe : grande puissance à l’Est. Dynastie Romanov. Capitale Moscou, jusqu’au début 18ème siècle : St Pétersbourg (façade Baltique). Chef empire = tsar (« César »). Tsars célèbres : Pierre le grand, Catherine la grande, qui ont accru puissance russe. Accession aux mers libres de glaces (Baltique, noire). Expansion importante vers l’Est à partir du 18ème siècle (Vers Asie centrale, Sibérie, Alaska). Religion dominante : orthodoxe. Tsar chef politique et chef de l’Eglise orthodoxe. Minorités catholiques, protestantes, juives, musulmanes.

 

 

b)      Les royaumes européens

 

Grandes monarchies (plus restreintes que les empires, mais plus unifiées, et souvent plus anciennes) :

 

-          France : 1750 ® plus peuplée que la Russie. Royaume le plus riche d’Europe (jusqu’au 19ème). Dynastie des Bourbons, prestige à la fin du 17ème (Louis 14). Présents en Espagne et en Italie. Agrandissement : sous Louis 15 : acquiert Lorraine, Corse. Possède également « îles à sucre » : Antilles (Guadeloupe, Martinique, Saint-Domingue, Réunion (Ile Bourbon), île Maurice) et Comptoirs en Afrique (commerce esclavagiste). Perd comptoir des Indes et Québec. Catholique, avec minorités.

 

-          Royaume-Uni, royaume en expansion. Dynastie des Hanovre (toujours aujourd’hui sous le nom de Windsor). Plus grande puissance commerciale et maritime du monde. Royaumes unifiés : Angleterre, Ecosse, Pays de Galles, Irlande. Plus grande puissance coloniale (milieu 18ème : possède Usa, Canada, îles à sucre (dont Jamaïque), commence à s’implanter en Inde). Protestante.

 

-          Espagne nouvelle dynastie, branche des Bourbons (Juan Carlos = descendant). Plus vaste empire colonial du monde (possède Amérique latine, sauf Brésil). + Philippines, + Cuba (île à sucre). Royaume en modernisation, qui a perdu beaucoup de sa puissance militaire au dépens de la France et du RU

 

-          Portugal. Dynastie Bragance. Très vaste empire colonial (Brésil) + Afrique (Angola, Mozambique), comptoirs en Indes, Chine (Ex : Macao). 18ème siècle, sous la domination éco de l’Angleterre.

 

-          Royaumes scandinaves, anciens : Danemark (possède Norvège, Islande) ; suède (gde pusisance militaire, possède Finlande).

 

 

c)      Les autres formes de monarchies : la république

 

Etats ecclésiastiques, catholiques, évêques-princes. Ex : Etat du pape entre Rome et Bologne (pape = chef politique et religieux).

 

Républiques (différentes d’aujourd’hui) nobiliaires, aristocratiques ou fédérales.

 

-          Pologne, plus immense, en déclin. Elit roi. Pologne sombre, partagée entre Autriche, Russie, Prusse jusqu’en 1918.

 

-          En Italie, quelques républiques aristocratiques, comme Venise, ancienne puissance marchande, Gênes.

 

-          Républiques fédérales : plus importantes = provinces unies (Pays-Bas) ; cantons suisses.

 

 

 

    II.      L’ordre ancien et la modernité politique

 

a)      L’ordre ancien

 

Pt de vue juridique et politique : sociétés fondées sur le privilège.

Sociétés rurale, monde paysan = 4/5 population voire plus.

Inégalités entre hommes et entre corps (collectivités humaines).

 

Privilège (du latin lex privata « la loi privée ») : chaque groupe d’individu régi par des lois particulières, privées. Différentes selon les corps. Privilèges aussi appelés « libertés », « franchises », « exemptions ».

 

Corps privilégiés :

 

-          Clergé (règles, droits particuliers) ;

-          Noblesse (« d’épée » si origine militaire ou de « robe » si origine = service du prince ou de l’Etat), qui domine société et possède nombreux privilèges. Ne payent pas ou peu d’impôt. Forment par naissance armature des pays d’Europe.

-          « roture » = pas nobles. Distinction bourgeoisie (habitants des bourgs) qui possèdent certains privilèges, villes = lieux privilégiés sur la campagne ; professions libérales, au service de l’Etat / petit peuple des villes (artisans, commerçants) / paysans, très nombreux, soumis à des droits féodaux (ex : droits de chasse), ne possèdent pas ou rarement des terres ; servage (esclavage qui attache paysan à la terre) se développe en Europe centrale et de l’Est / personnes sans aveu (pas de domicile), personnes marginales, mendiants, vagabonds (jusqu’à 10 ou 20% pop), réputés dangereux.

 

 

Etats dynastiques reposent sur théologie politique (doctrine religieuse qui a des essais politiques) : monarchies sacrées, revendiquent caractère sacré du pouvoir (prince = « élu de Dieu », placé par Dieu à la tête de la nation ® empire ottoman, russe, Angleterre, France, Espagne, etc.). Tout sujet lié au roi par un lien sacré. « toute autorité vient de Dieu ».

Pouvoir du monarque, donc, absolu, puisque représente pouvoir divin, prince = « lieutenant de Dieu sur Terre ».

(Dans les faits, noblesse, règles, etc. limitent ce pouvoir absolu.)

Très peu de place aux minorités religieuses : peu de droits (ex : Juifs).

 

 

b)      La modernité politique

 

Philosophe politique nouvelle (« Lumières ») dans toute l’Europe.

Théorie qui ébranle profondément ordre politique établie ® ordre naturel .

Droit Europe vient du droit romain surtout. Droit antique = pas de droits naturels. Esclave = chose dans le droit romain, peut être échangé, vendu, tué. Esclavage présent dans les sociétés coloniales.

Conception religieuse des droits de l’homme (religions monothéistes) : homme = « créature de Dieu », « à l’image et ressemblance de Dieu » ® doit donc posséder certains droits. Conception qui s’affirme avec force aux 17ème et 18ème.

Autre conception « laïcisée » : en tant qu’homme, homme jouit de droits naturels. Se développe au cours du 18ème (Locke ® droits naturels/liberté/propriété ; Rousseau ® contrat social = contrat politique établi entre individus qui jouissent de droits, principal droit = liberté).

Opposition au « sujet » : homme ne dépend plus du monarque mais de ses droits naturels.

 

« Pensée critique des Lumières » : Lumières = philosophie à la base, pas politique.

Examen de la tradition, du réel, grâce à la raison : croyances religieuses, systèmes politiques, réalités sociales sont-ils en accord avec la raison ?

Kant, Qu’est-ce que les Lumières (1784) : « Les Lumières, c’est une sortie de l’homme de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. » (tutelle = enfance ® passage à l’âge adulte, prise de responsabilité de l’homme, affirmation des droits naturels de l’homme) ; « Les Lumières, c’est faire un usage public de la raison » (« usage public » ® définit institutions. Débat doit s’instaurer par la raison).

 

Mots-clés des lumières : Raison, progrès, utilité, Homme.

Renversement profond des conditions politiques et juridiques anciennes.

 

Naissance philosophie politique moderne :

Sphère politique n’existe pas au 18ème : pas de droit de réunion, d’expression politique.

Europe occidentale : naissance « opinion publique », usage public de la raison. « espace public » : débat politique envahit anciennes institutions politiques.

Locke, Montesquieu (séparation pouvoir), Voltaire (tolérance religieuse), Rousseau (contrat social), Beccaria (Italie, à l’origine du code pénal ® codification des lois).

Publié dans Semestre 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article