[L3] Séance du 15 octobre 2008

Publié le par 1A 08/09 notes

15/10/08                                 Humanités scientifiques

Séance 3

 

Exemples d’entrées du journal de bord :

 

- Images sur les paquets de cigarettes. Les mots ne suffisent pas, qu’est-ce que convaincre ?

- La banquise a disparu dans les deux passages Nord-Ouest et Nord-Est. Michel Serres avait écrit « Je cherche le passage entre la science exacte et les sciences humaines ».

Il définit les humanités scientifiques :

« Deux cultures se juxtaposent, deux groupes, deux collectivités, deux familles de langues. Ceux qui furent formés aux sciences dès leur enfance ont coutume d’exclure de leur pensée, de leur vie, de leurs actions communes, ce qui peut ressembler à l’histoire et aux arts, aux œuvres de langue, aux œuvres de temps. Instruits incultes, ils sont formés à oublier les hommes, leurs rapports, leurs douleurs, la mortalité.

Ceux qui furent formés aux lettres dès leur enfance sont jetés dans ce qu’on est convenu de nommer les sciences humaines, où ils perdent à jamais le monde : œuvres sans arbre ni mer, sans nuage ni terre, sauf dans les rêves ou dans les dictionnaires. Cultivés ignorants, ils se consacrent aux chamailles sans objet, ils n’ont jamais connu que des enjeux, des fétiches ou des marchandises. »

« Je crains que ces deux groupes ne se livrent combat que pour des possessions depuis longtemps raflées par un troisième, parasite, ignorant et inculte à la fois , qui les ordonne et qui les administre, qui jouit de leur division et qui la nourrit » = POLITIQUES

-  L’emblème du réchauffement climatique (Monde, 7 octobre)

-       Dessin du Monde sur éoliennes « L’écologie ou la nature ».

 

Cours du jour : Le changement d’échelle et le détour par le laboratoire

 

Rappel du cours 2 :

 

Histoire longue socio-technique. Avec 3 étapes : fond de sociabilité qui est primate, étape des humains anatomiquement modernes, et début de l’artificialisation de la nature. Présence des humains négligeable jusqu’au néolithique puis transformation de la nature.

Moment où échelle liant hommes et choses se modifie est but du cours. 
L’ensemble des hommes et choses est mobilisé. 

Comment expliquer le changement d’échelle ?

 

Réponse 1 : par un nouveau détour, l’invention des artisans spécialisés. Change échelle car grâce à artisanat on peut avoir objets dans la salle de cours.

Réponse 2 : par un nouveau détour, l’invention des technologies intellectuelles. Image associée : scribe égyptien.

Réponse 3 : Par une connection entre les techniques intellectuelles et les pratiques artisanales : l’invention du laboratoire.

 

Réponse 2 : les technologies intellectuelles.

Exemple, l’invention des technologies intellectuelles, la Mésopotamie.

Besoin d’un support écrit pour avoir une sophistication, notamment pour garder trace des transactions, visible par archéologie en Mésopotamie.

Mésopotamiens ont inventé le problème mathématique. Transactions puis extraction avec écriture et tablette puis trace gardée avec bureau ; contrôle a posteriori par le prince.

Opération est restée la même de nos jours, on ne peut pas remplacer techniques intellectuelles par des mégamachines.

--> Problème babylonien : les scribes sont à l’origine de l’algorithme, inventent des problèmes abstraits

--> Autonomisation des spécialistes : exemple d’une dispute entre scribes dans l’Egypte antique. Problème mathématique :  on a les données du pharaon, et on demande la quantité de briques à calculer. De plus, il y a ici un lien entre science et pouvoir politique du pharaon.

 

--> L’abstraction a une origine matérielle.

Les technologies intellectuelles ont créé une sphère autonome d’expertise. Nous ne saurions pas abstraire sans les technologies intellectuelles. Cela implique une standardisation partielle des symboles et des pratiques (rendre comparables les technologies).

La pratique des technologies intellectuelles conduit à se spécialiser, d’où séparation entre travail intellectuel et manuel.

/!\ Insertion nécessaire dans l’appareil du pouvoir et obligation de prouver son importance et son utilité (pour chaque Archimède il faut un Hiéron pour lui donner moyens matériels).

 

Réponse 3 : l’invention du laboratoire et le changement d’échelle

 

Le laboratoire va fusionner l’atelier de l’artisan / le bureau du fonctionnaire / le studio de l’érudit en liant les pratiques matérielles d’expérimentation et les technologies intellectuelles. 

Nouvelle définition du détour : on doit passer par le laboratoire pour trouver solution.

Pour quasi-totalité des pratiques, le passage dans laboratoires a lieu.

 

Exemple, le cas du calcul de la longitude. Livre de Dava Sobel (Longitude), écrit sur la vie de John Harrison. Invention du chronomètre marin.

Un problème ancien, reconnu et grave : comment mesurer la longitude ? La latitude ne pose pas problème mais la longitude est impossible à retrouver sauf « à l’estime ».

Insertion d’un laboratoire dans un problème de taille gigantesque.

 

Extraits du film Longitude.

Faire une horloge sur terre pose problème, vérifie si le balancier résiste aux remous de mer.

Présente son invention aux scientifiques, puis aux politiques.

Il faut convaincre les instances dirigeantes de faire un détour par l’artisanat.

À partir des années 1790, tous les bateaux sont pourvus de chronomètres, ce n’est plus un détour mais un équipement de routine à on est passé du détour à la composition.

 

L’effet de levier du laboratoire : peu de forces déplace de grands enjeux.

Labos sont petits et il y en a peu mais ont de grandes conséquences.

 

Deux récits différents :

Soit le laboratoire a tout fait soit il n’a fait qu’ajouter un petit quelque chose à un ensemble de pratiques qui auraient existé sans lui. Effet de levier n’a de sens que s’il existe d’autres choses auparavant (royaume, bateaux etc).

 

À retenir sur l’exemple de l’horloge :

Il existe tjs une activité de départ qui explique l’intérêt potentiel.

Il y a toujours un détour avec le risque qu’il n’y ait pas de retour. On risque que détour soit une impasse.

Il y a toujours au laboratoire un travail autonome plus ou moins long.

Il n’y a jamais d’application « au dehors » sans transformation de la situation de départ pour qu’elle ressemble autant que possible à ce qui a été modélisé au laboratoire : car chronomètre ne fonctionne pas sur terre comme sur mer.

Une fois l’activité modifiée il y a toujours un partage des responsabilités pour expliquer la transformation.

 

D’où deux situations extrêmes :

            1/ non pas traduction mais trahison

Exemple : expériences médicales indues. « Votre cas est intéressant » à cas qui permet au médecin de trouver infos intéressantes pour ses travaux.

            2/ Routinisation : on ne voit plus la composition

La routinisation est si complète que l’on ne s’aperçoit  même plus des effets de décalage et de composition (ex : le micro apparaît normal).

 

On s’aperçoit de la composition lors des pannes.

Le cours d’action devient labyrinthe.

Complète réversibilité des deux régimes : notez dans le journal de bord la panne et la reprise des habitudes.

 

A retenir : que veut dire l’autonomie des laboratoires ?

L’autonomie des labos est au reste de la culture comme un centre-ville à sa périphérie.

 

 

Publié dans Semestre 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article