Séance 3 - Guerre d'indépendance américaine

Publié le par 1A 08/09 notes

Séance 3 - La guerre d’indépendance américaine

 

 

 

Introduction :

La révolution américaine a souvent été perçu comme un événement lointain mais la puissance actuelle des Etats-Unis fait de son histoire un enjeu majeur.

 

 

 

I. Un triple caractère

 

1) La première guerre d’émancipation d’une colonie extra-européenne

Elle sera ainsi le point de départ des autres guerres d’indépendance, du début du XIXème siècle en Amérique latine avec Bolivar aux guerres de décolonisation du milieu du XXème siècle en Asie et en Afrique.

La révolution américaine est une guerre civile : des colons se rebellent face à leur patrie et aux loyalistes.

 

 

2) Une guerre inscrite dans la longue rivalité franco-britannique

Anecdote : les Américains l’oublient souvent : Reagan déclara que « la Grande-Bretagne est le plus vieil allié des Etats-Unis », erreur que Mitterrand rectifia avec orgueil.

La France de Louis XVI trouve dans la guerre américaine l’occasion de prendre sa revanche sur l’Angleterre après la défaite de la guerre de Sept Ans qui engendra la perte du Québec et des comptoirs des Indes.

La révolution américaine est donc aussi un conflit entre grandes puissances.

 

 

3) La première révolution de type démocratique

C’est le peuple qui se soulève et, même si cette démocratie est limitée (esclavage), elle est revendiquée : exigences de représentation et de consentement à l’impôt à l’origine de la révolte, proclamation des droits naturels et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, volonté de rompre les liens avec la monarchie anglaise.

De plus, la guerre d’indépendance va appliquer la première Constitution écrite.

C’est la première des révolutions atlantiques : un vent d’Amérique va souffler sur la révolution française qui a une dette envers la révolution américaine : dans ses principes (Déclaration de Droits de l’Homme), dans ses modèles politiques, au travers d’hommes communs (La Fayette, Thomas Paine deviendra député à la Convention).

 

 

 

II. Origines de la guerre d’indépendance

1) Une société coloniale

A) Les 13 colonies

Les Etats-Unis à l’époque sont formés de 13 colonies formées par des colons, surtout anglais et écossais au XVIIème et XVIIIème siècle. Ils ont succédé aux Hollandais (New York s’appelait New Amsterdam) et à quelques allemands.

Ce sont des colonies de peuplement essentiellement agricoles (90%). Deux millions de colons y vivent du Québec à la Floride, des Appalaches à la côte Atlantique.

 

B) L’identité religieuse

La majorité des habitants est protestante non conformiste (hostiles à l’anglicanisme, ils sont plutôt puritains, quakers). Il existe une minorité catholique, dans le Maryland notamment.

 

C) Une population ethniquement et socialement diversifiée

La population est dans l’ensemble modeste, avec bien peu d’aristocrates, mais composée de groupes très différents :

- des marchands dans les grands ports du Nord : Boston, New York, Philadelphie

- des « planteurs » de coton, sucre et tabac au Sud : en Virginie surtout

- des farmers

- des pêcheurs en Nouvelle-Angleterre

- de pionniers de l’Ouest (Davy Crockett)

- environ 150 000 indiens, commerçants de fourrure, repoussés vers l’Ouest

- 450 000 Noirs (soit 20% de la population)

Le taux de natalité est très élevé.

 

 

2) Une société peu représentée

A) Les institutions des colonies

Les gouverneurs sont nommés à Londres par le Board of Trade (ministère du Commerce), ce qui démontre le rôle exclusivement marchand des colonies américaines.

 

B) L’organisation militaire

Des milices de volontaires sont constitués par les colons pour conquérir le Québec aux Français, combattre les indiens.

 

C) Une culture politique héritée de la Grande-Bretagne

Les Américains se réclament de la Glorieuse Révolution de 1688, de la Common Law et de l’Habeas Corpus, ils revendiquent la représentation et le consentement (« no taxation without representation »). Ils s’inscrivent dans le mouvement des Lumières britanniques qui se retournent contre leurs auteurs.

 

 

3) Les causes immédiates de la guerre

A) Le Stamp Act

En 1765, le Board of Trade invente le Stamp Act, un droit sur le timbre : chaque acte administratif est taxé. L’opposition est forte jusqu’à son retrait dès 1766.

Un appel au boycott des produits anglais est lancé.

 

B) L’aggravation du conflit

Le nœud du conflit est important : la Compagnie des Indes Orientales a le monopole du commerce entre les Etats-Unis et l’Angleterre et applique des droits très élevés.

Le 16 décembre 1773, des colons déguisés en indiens attaquent un navire de thé, c’est la Boston Tea Party. Elle symbolise le refus de dépendance économique. Georges III envoie les militaires.

 

C) Le premier congrès continental

En septembre/octobre 1774, ce congrès réuni à Philadelphie exige représentation et consentement.

 

D) Le début des hostilités

6 mois plus tard, le 19 avril 1775 à Lexington éclatent les premiers affrontements entre milices américaines et militaires anglais. Ils font 150 victimes, c’est le début de la guerre civile.

 

 

 

III. La difficile victoire des Insurgents

1) La déclaration d’indépendance

A) Le 2nd Congrès

Les colons se réunissent a nouveau en congrès et déclarent leur indépendance le 4 juillet 1776. Les colonies revendiquent le droit à former une nation.

Ce second congrès nomme comme chef des Insurgents Georges Washington.

 

B) L’effervescence politique

Le Sens Commun, de Thomas Paine, se diffuse : la monarchie apparait comme illégale.

 

C) Un texte fondateur

La déclaration d’indépendance est l’œuvre des Pères Fondateurs (Founding Fathers) : Thomas Jefferson (23 ans à l’époque), Benjamin Franklin, John Adams…

Elle déclare les droits naturels de l’Homme.

« 

 

Elle est fondée sur une conception religieuse des Droits de l’Homme : « tous les Hommes ont été créés égaux », « doués par le Créateur de certains droits inaliénables ».

Elle réclame un gouvernement représentatif et le consentement aux lois et à l’impôt.

Elle est un texte polémique dénonçant la tyrannie anglaise.

Elle énonce un autre droit : le droit à l’insurrection.

Son inspiration philosophique doit beaucoup à Locke : droits naturels, lien liberté-propriété, théorie du contrat.

 

D) Les déclarations d’indépendance

Chaque colonie reprend cette déclaration, la modifie et la ratifie au cours d’un processus long.

 

 

2) Les opérations militaires

A) La supériorité de l’armée britannique

Georges III veut garder l’Amérique : il envoie jusqu’à 75 000 hommes, les tuniques rouges, dont font partie de nombreux mercenaires allemands.

Le Royaume-Uni possède la première flotte du monde, ce qui permet à la Royal Navy de mettre les Etats-Unis sous blocus.

 

B) La question des loyalistes

Environ 20% de la population est loyaliste, favorables à la couronne anglaise et hostile à l’indépendance des colonies. Cela donne à la révolution américaine un aspect de guerre civile.

 

C) La stratégie de Georges Washington

Il lance une guérilla sanglante (25 000 morts les deux premières années).

Le 17 octobre 1777 à Saratoga, il obtint son premier petit succès militaire, amplifié en Europe et à Paris par « le bonhomme Franklin ».

 

D) L’intervention française

Franklin séduit la cour de Louis XVI et l’opinion publique. Les Américains apparaissent comme des hommes francs et loyaux victimes de l’Angleterre, ennemi de la France. Franklin parvient ainsi à recruter des volontaires, des aristocrates libéraux comme La Fayette. Le vent d’Amérique souffle, poussé par la haine des Anglais.

Le 6 février 1778, Louis XVI et son ministre des Affaires Etrangères Vergennes promettent d’aider les colons d’Amérique.

La France envoie 6 000 hommes commandé par Rochambeau.

L’amiral de Grâce parvient à percer le blocus anglais et à débarquer en Amérique.

Après de nombreux affrontements, l’armée anglaise est vaincue à Yorktown le 19 octobre 1781. Les troupes anglaises s’en vont, les loyalistes fuient au Canada.

 

 

3) La reconnaissance de l’indépendance

Il faudra encore deux ans pour que la Grande-Bretagne reconnaisse l’indépendance américaine lors du traité de Paris du 3 septembre 1783.

 

La monarchie française n’y a pas beaucoup gagné (quelques honneurs) mais y a perdu (dette énorme, idée de liberté à l’américaine diffusée).

 

 

 

IV. L’établissement de la république fédérale

1) La première Constitution écrite

C’est le premier élément de la consolidation de la jeune nation, le 17 septembre 1787.

A) Un difficile compromis

Elle est le fruit d’un difficile compromis dans une société coloniale désunie entre :

- partisans du pouvoir des Etats et partisans du pouvoir fédéral

- petits Etats et grands Etats (New York, Caroline, Virginie)

- sociétés agricoles er marchandes du Nord et sociétés esclavagistes du Sud

- pionniers de l’Ouest et habitants de l’East Coast

 

B) Les principes : séparation et équilibre des pouvoirs

- séparation des trois pouvoirs

- système d’équilibre entre pouvoirs : les checks&balances

 

C) Une longue ratification

Elle dure de 4 à 5 ans.

 

 

2) Une république fédérale

A) Les acquis des fédéralistes

Les fédéralistes ont obtenu l’existence d’un gouvernement unique, d’une administration fédérale, d’assemblées fédérales, d’une monnaie, d’un drapeau, d’une capitale (New York provisoirement).

 

B) Le pouvoir législatif : le bicaméralisme

Il existe deux chambres:

-une représentant le peuple : la Chambre des Représentants où chaque Etat dispose d’un nombre de sièges proportionnel à sa population.

Le Sud a été défavorisé par ce mode de représentation : un esclave ne comptait que pour les 3/5 d’un Homme.

En 1808, les Etats-Unis seront toutefois le premier pays à interdire la traite.

-une représentant les Etats fédérés : le Sénat

Ces deux chambres votent le budget et les lois fédérales.

 

C) Le pouvoir exécutif : le président

On invente le poste de président, il est élu pour quatre ans au suffrage indirect et assisté d’un vice-président.

Il n’est révocable que par une procédure presque judiciaire, l’impeachment, en cas de haute trahison.

Il a un droit de veto, sauf en cas de majorité des 2/3 au Congrès.

Il nomme les secrétaires d’Etat (les « ministres »), signe les traités et est le commandant en chef des armées.

 

D) Le pouvoir judiciaire : la Cour Suprême

Cette cour composée de 9 juges nommés garantit la constitutionnalité des lois. Une telle institution n’apparaitra en France qu’en 1958.

 

3) La mise en place des institutions à partir de 1789

A) Washington, premier président

Il est élu deux fois et occupe le poste de 1789 à 1797. Il meurt en 1799. Il fait depuis l’objet d’un véritable culte civique.

 

B) Washington D.C. : la capitale fédérale

En 1800, on crée une capitale dans un micro-Etat indépendant (le District of Columbia) qui prend le nom de Washington.

 

Publié dans Semestre 1

Commenter cet article