Boutry - Séance 4

Publié le par 1A 08/09 notes

L’AVENEMENT DES SOCIETES ET DES REGIMES MODERNES (1750-1850)

Philippe Boutry


Séance 4 : l’héritage de la Révolution française


Qu’est-ce que la RF a apporté à la culture moderne ?


Remarques préliminaires :


RF = évènement structurant.

Fernand Braudel évènement (court, surface) structure (long, fait partie des lignes de forces de l’histoire)

RF = évènement qui a bouleversé entièrement la société d’AR et qui a posé des ? résolues par la société française après.

Eté 1789, invention de la notion d’AR = conscience que ce qui était avant était « ancien ».

Moment fondamental dans la culture politique française.

François Furet = 19ème siècle : siècle de la RF car questions posées par la RF résolues au cours de ce siècle.

Commémoration de la RF évènement très important, triomphe des droits de l’homme, etc.

RF singularise France parmi les autres démocraties en Europe. (même si Angleterre a fait 2 révolutions, elle est marquée depuis par une très gde continuité politique)

USA nés d’une révolution (anticoloniale, nationale, libérale avec les aspects démocratiques), mais depuis, pas d’autre révolution.

France révolution qui a lieu au cours de l’époque contemporaine. S’apparente ainsi à la Russie (1917) ou à la Chine (1949) entre autres.

Autres pays européens ont connu des pb politiques, mais pas en soi de véritable révolution.


Révolution = mot qui vient de l’astronomie astres tournent sur eux-mêmes, révolution des saisons révolution = cycle (évènement qui revient)

Mot qui change de sens : sens politique, à l’inverse du sens astronomique rupture, fracture irréversible, sans retour possible (évolution de sens considérable).

Différence révolte / révolution : pas de retour en arrière possible.

Au 19ème siècle, RF appelée « Grande Révolution » : évènement structurant de l’Histoire qui transforme paysage politique, et les structures mêmes de la nation.

Aboutissement de la culture des Lumières, mais également point de départ qui permet de penser le 19ème siècle français.

19ème siècle : deux visions différentes de la RF :

  • Synthétique  on considère la révolution comme un seul évènement. Clemenceau, en 1891 : « La Révolution est un bloc ». Position d’homme politique : pour ou contre la révolution. Pans entiers de la société française n’acceptent pas la RF (catholiques, monarchistes, gde partie de la noblesse, plusieurs régions (Vendée bcp de morts, etc.)). Autres courants de pensée y sont fortement attachés (démocratie, progrès, etc. partent de cette révolution) débat passionnel entre les deux camps. Donc RF au 19ème siècle = « objet chaud » (selon Furet).

  • Analytique  penser les évènements chacun en particulier, vision propre aux historiens. Décompose RF différentes phases.

1/ monarchie constitutionnelle (1789-1792) : on impose à Louis 16 une constitution.

2/ gouvernement de salut public (« Terreur » = dictature) 1792-1794. Moment de dictature révolutionnaire, libertés mises entre parenthèse. Dictature d’une assemblée (convention nationale, concentre tous les pv pour faire face à la guerre, intérieure et extérieure)

3/ « République constitutionnelle » (1794 chute de Robespierre-1799 coup d’Etat de Bonaparte) : république cherche ses institutions durables. Phase instable. Directoire*.

Historiens acceptent une des trois périodes

Monarchistes refusent tout de la révolution

Libéraux acceptent 1ère période de la RF : équilibre monarchie / représentation nationale. Méprisent les deux autres périodes.

Républicains exaltent gvt de salut public (notamment Lamartine, futur chef de la 2nde Rép, Michelet, plus gd historien du 19ème siècle publient des livres dès 1847 pour marquer leur approbation). N’acceptent pas la Terreur.

Seuls certains socialistes, minoritaires, acceptent la Terreur (admirateurs de Danton, de Robespierre).

19ème siècle s’approprie histoire de la RF.

Idée de « salut public » reprise par Gambetta (1870), par de Gaulle (1940), etc.


  1. Héritage juridique

Passe par une déclaration (DDHC, 26 août 1789) déclaration capitale, base de notre cstt° aujd.

Déclaration droits naturels de l’homme. S’inspire largement des principes de la révolution américaine.

S’inspire de Locke, de Rousseau (Contrat social, 1760).

Liberté, égalité « hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Importance du mot « demeurent ».

Liberté définie dans l’article 4 : « la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » liberté d’opinion, de cs, d’expression. Liberté d’association pas évoquée.

Egalité devant la loi (suppression privilèges), devant l’impôt (fin des privilèges fiscaux), accessibilité à tous les emplois. Egalité pas définie comme un droit naturel.

Droits naturels DDHC en énonce 4 dans l’article 2 :

  • Liberté

  • Propriété (droit inviolable et sacré)

  • Sûreté (garanties juridiques de la liberté individuelle. Correspond à l’Habeas Corpus anglais. Définies dans l’article 9 : « tout homme est présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable »)

  • Résistance à l’oppression, rappelée dans la déclaration de Robespierre (1793). Droit à l’insurrection.

« Loi » mot qui revient très souvent dans la DDHC en ce sens, libéralisme français doit plus à Rousseau qu’à Locke. Loi = expression de la volonté générale. Volonté générale dépasse volontés particulières selon Rousseau. « Principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation »

« légicentrisme » de la nation française loi beaucoup plus présente en France qu’aux USA ou en Angleterre.

Séparation des pv, définie par Montesquieu.


Conséquences de la RF : laïcisation du droit.

1er code pénal des Français (1791) : suppression de toutes les inculpations religieuses (interdiction du suicide, du divorce, etc.).

Naissance de l’Etat civil maire, et non plus curé, enregistre naissances, mariages, enterrements. Tous les citoyens qqs leur religion sont alors traités de la même façon.

Beccaria **

Code pénal délits et peine inscrits dans la loi.

Juges élus.

Jury citoyens tirés au sort décident de la peine.

Code civil 1804, Napoléon.

Avant 1789, « sujets », après, « citoyens ».


  1. Héritage religieux

RF détruit édifice de l’AR. Eglise gallicane perd tous ses privilèges (judiciaires, fiscaux).

Confiscation des biens de l’Eglise (nationalisation des biens du clergé). Eglise possédait en France 10% des biens. Terres immenses, quartiers entiers au centre des villes. Tous ces biens sont alors mis à disposition de la nation. Grand transfert de propriété. « Biens nationaux » reviennent surtout à la bourgeoisie, mais aussi en partie à la noblesse et au monde paysan.

Tentative de constitution d’une Eglise nationale (Eglise constitutionnelle) évêques, curés, élus par le peuple. Echec. Division des catholiques français.

Accession des minorités religieuses à la citoyenneté France en 1789, compte 600000 protestants, et 40000 juifs. Pas la même situation juridique que les autres (persécutions des protestants, discriminations envers les juifs). RF égalité de tous qqs leur confession religieuse.

Phase de la Terreur « déchristianisation ». France tente de se passer de religion. Automne 1793 jusqu’à l’été 1795, églises, temples et synagogues fermés en France.

Michel Vovelle évolution négative (fermeture des lieux de cultes, persécution des prêtres et des fidèles, destruction de bâtiments religieux, transformation en prison, etc.) et positive (invention de nouvelles formes religieuses instauration d’un calendrier révolutionnaire, par exemple, conçu par Gilbert Rome, astronome, qui permet de désacraliser le temps, qui invente des mois de 30 jours divisés en décades, disparition des dimanches et des fêtes religieuses. Calendrier légal de 1793 à 1806 ; imposition de cultes révolutionnaires : culte de la raison, culte de l’être suprême, fêtes révolutionnaires, etc. RF = alternative à la religion).

1795 révolution sépare Eglise/Etat. Séparation imparfaite (s’accompagne de persécutions) mais bases de la séparation de 1905.

Traumatisme majeur dans l’ordre religieux, mais également référence majeure dans la politique religieuse en France.


  1. Héritage politique


Citoyenneté DDHC. Citoyenneté limitée, comme aux USA : liée à la propriété.

Abbé Sieyès lie propriété/liberté : pour être citoyen, il faut être autonome (homme, adulte, propriétaire).

Définit citoyenneté à deux niveaux : passifs (la plupart des français dont femmes et enfants), actifs (hommes adultes propriétaires) citoyenneté censitaire (cens = impôt pour ê citoyen actif)

Elargissement citoyenneté par la Convention (1792) tous les hommes de plus de 21 ans sont déclarés citoyens actifs (suffrage universel masculin).

4 février 1794 abolition de l’esclavage.

Extension démocratie, mais qui va de pair avec la dictature (salut public/terreur).

Citoyens appelés à soutenir Convention. Forme « sociétés populaires », mais également « comités de surveillance » (distribuent aux citoyens des « certificats de civisme »)**

Robespierre établit dictature « de la vertu et de la terreur ».

Ambiguïté de cette période (extension des libertés/en même temps qu’elle les réduit)

 

Violence : droit à l’insurrection, résistance à l’oppression).

14 juillet acte d’insurrection, de violence. Marseillaise chant de guerre.

Mort du roi 21 janvier 1793 mise en scène, violence (on montre sa tête, etc.)

Paris capitale insurrectionnelle de la France journées révolutionnaires**

Révolution cortège de massacres**, guillotine (17000 morts légales, dont 2000 à Lyon) très utilisée au cours de la Terreur.

Guerre civile guerre de Vendée (entre 140000 et 160000 morts). Traumatisme majeur (ouest de la France longtemps très conservateur et catholique).

Révolution divise autant qu’elle fonde. Explique caractère polémique de l’histoire de la France depuis le 19ème.


Guerre

DDHC déclaration universelle et pacifique.

Français de la révolution = « citoyens de la Grande Nation »**.

Hostilité des couronnes déclenche guerre (1792-1815) rapidement transformée en guerre d’invasion et de conquête.

Robespierre : « Les missionnaires armés ne sont pas aimés »


Conclusion

Héritage RF contradictoire : ********

Rupture instauratrice du 19ème siècle.

Publié dans Semestre 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article