Duhamel séance 6

Publié le par 1A 08/09 notes

Introduction
-partir des données
( voir les données des élections présidentielles depuis 1965 )
EN 1965 , Marcel Barbu se présentera pour les travailleurs les plus pauvres , il a fait 1% . IL n’y eut pas de candidats communiste , un candidat soutenu par le PS et le PCF . Un candidat Lecanuet du centre et le Général de Gaulle
Lais en 1965 , point de candidat PCF alors que le PCF faisait 21 % des voix . Il n’y a pas eut de candidats car ils n’avaient pas compris l’ élection présidentielle et pour eux , il s pensaient que l’élection présidentielle leur serait défavorable . En 1969 , Defferre socialiste fera 5 % 
Plan

I) L’initiation

A) les découvertes de 1965

1) L’offre ; présents / absents
Les candidats , les 3 principaux en 1965 . IL y a un phénomène que personne a compris l’importance de l’élection et donc personne veut être candidat , tout le monde pense que le Général de Gaulle sera élu majoritairement dès le premier tour . De Gaulle pense qu’il va renouveler son exploit référendaire . Ces adversaires ne sont pas pressé de se présenter a cette déroute assurée . LE PCF et le PS ne présente pas de candidats . Pierre Mendés France ne veut pas se présenter a une élection qu’il récuse dans son principe .
Dans le MRP , il faut supplier Jean Lecanuet pour qu’il se présente . Avant , on avait sollicité Antoine Pinay et d’autres pour trouver un candidat .
Seulement un homme veut être candidat , traité d’aventurier , il a été 11 fois ministre sous la 4ème république. Il est l’idéal poru le PS et le PCF ,Mitterrand fera l’affaire et ne dérangera r personne ? Lui , avait compris l’enjeu de l’élection présidentielle comme levier pour parvenir au pouvoir . Il devra attendre 16 ans mais il y arrivera  .  
2) La surprise peu surprenant ; le ballottage
L’opposition arrive à la télévision car avant elle était interdite . Les Français voient des personnes de l’opposition . Il y aura une ivresse du pluralisme . Mais le Général de Gaulle considérera sont temps de parole car jugé comme inutile .
Ce résultat de ballottage fut une évidence mais surprises . En 1965 personne ne croyait aux deux tours .

3) Leçons : pluralisme , production de leaders et partis
De 1965 , on apprend qu’un parti doit avoir un candidat ( dirigeant de préférence ) L faut ne pas négliger les sondages , soigner son image . IL faut aussi faire campagne .
B) Les déconvenues de 1969
La déconvenue vient d’une compréhension partielle des sources de la légitimité de la présidentiabilité .
La légitimité du présidentiable repose sur le soutien d’un parti politique et sur le fait que l’on nous reconnaisse des valeurs d’homme d’état
1) L’illusion de la seule légitimité étatique
Alain Poher a vaincue le Général de Gaulle suite au référendum de 1969 . IL a une forme de légitimité et pense que cela lui suffit .
2) L’illusion de la seule légitimité partisane ( Defferre )
Defferre a le soutient du PS , il pense que bénéficiant du soutien du parti d’opposition , il disposera d’un bon score . Defferre s’effondre en campagne et Poher fera une très mauvais campagne .
Pompidou bénéficiera des deux légitimités . Il est le candidat incontesté  de  l’UDR ( parti gaulliste ) . Il fut le premier ministre et donc incarne la légitimité d’état . Ensuite , lorsque l’état se fissurerai , Pompidou a tenu bon , la dissolution , c’est lui . Malgré la dynamique hostile au gaulliste , Pompidou réussit a gagner ( 45% au premier tour et 58 % )

II) La majoritarisation

A) 1974 , droites versus gauche
Le jeu politique se bi polarise . IL n’y a plus de faiblesse de la gauche qui se rassemble . On se retrouve dans un cadre avec deux partis a droite et deux a gauche , le premier tour désignant le parti de chaque camp qui serait au second .
1981 est le Quadrille Bipolaire Duverger Maurice
1) L’élection occasion pour les petits partis : LO , écolos , FN
Les petits partis comprennent qu’ils doivent se présenter car c’est un moyen de présentation 
2) L’élection compétition entre les deux droites
Le premier tour est une compétition a l’intérieur de chaque camp . Et en 1981 , il n’était pas évident que Marchais  sont autant distancé par Mitterrand . Chirac a pensé au Second tour .

B) 1981 ; l’alternance présidentielle
10 mai 1981
1) Un jeu à deux plus deux
L’opposition devient la majorité et plus tard , cela changera . Nous avons une alternance présidentielle et non comme partout ailleurs en Europe où elle se fait par le parlement . EN France , on a crut que l’alternance est parlementaire mais la première alternance fut présidentielle ;
2) L’alternance présidentielle pérennise le présidentialisme
Pour comprendre l’enracinement du présidentialisme , il faut rajouter a tout les éléments constitutionnelles , le fait historique que la première alternance se fit par une victoire présidentielle et nn parlementaire .  Cela marque aussi car la Gauche , parlementaire , hostile a un pouvoir exécutif fort , lié a la 3 et 4ème république parlementaire , cette gauche parlementaire gagne les élections présidentielles , elle devient présidentialiste . C’est cela qui lui permet d’accéder et de rester au pouvoir .
IL y a une découverte de la démocratie majoritaire par l’extrême curieux chemin présidentielle . Cela fait l’originalité de 1981 .

III) La dispersion
Cela provient de plusieurs facteurs de crise de représentation , de l’élection préindustrielle elle même avec cette extravagance , une extrême droite , a 15 % en 1988 .

A) 1988 , la réélection ambiguë
Mitterrand se fait élire sur un programme unanimiste , le minime , ni nationalisation , ni privatisation . Dans une lettre a tout les Français 

B) 1995 et 2002 : l’altération du présidentialisme
1) La proportionnalisation du premier tour
Ce qui est amorcé en 1988 et retrouvé  en 1995 et 2002 par une transformation de l’élection présidentielle . Normalement , le premier tour sélectionne pour le second tour .
Si la vie politique fonctionnait selon un modèle pur , on aura 4 candidats ( 1 gaulliste , 1 centriste , 1 socialiste et 1 Communiste . On reprend un mode de scrutin , compte tenu du modèle , on pourra définir les modèles électoraux . Hormis les 4 principaux , personne d’autre ne pourrait devenir président .
L’élection eut aussi une proportionnalisation du premier tour . Un fonctionnement des partis et des électeurs comme si cela était une élection présidentielle . Le premier tour dans notre système  médiatique , l’élection présidentielle permet d’être présent .

2) L’affaiblissement des partis dominants
Les Grands partis ont tendance a diminuer en voix . Jusqu’en 2002 , il y a une désagrégation de l’élection présidentielles .
Avant , les 2 premiers candidats cumulé entre 68 et 76 % . En 2002 , les deux premiers candidats eurent 38 % .  Cela veut dire qu’un 1/3 des français votent poru leur candidat du permise tour . 2/3des électeurs se retrouvent a choisir entre 2 candidats qu’ils ne veulent pas . Cela déligitimise l’élection présidentielle .
Si l’on prend  les 3 et les 4 premiers candidats la tendance est la même . Le nombre des candidats donnent une explication mais seulement partielle . En 2002 , 16 candidats a l’élection présidentielle . C’est le point extremum de la déformation proportionnalité de l’élection présidentielle .

Conclusion , et 2007 ? L’insertion dans des typologies
Mais il y a 12 candidats en 2007 et pourtant la 5ème république  se remet a fonctionner sur un modèle majoritaire . Et si l’on prend les deux premiers , a eux deux , ils ont 57 % des suffrages . On remonte ainsi dans un modèle majoritaire . Les gens retrouvent au second tour des candidats qu’ils ont choisie , la majoritarisation et le bipartisme  tendancielle est retrouvé , voir renforcé .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article