Cours économie 4

Publié le par 1A 08/09 notes

Introduction
I) Les faits stylisés du marché du travail
I) A) Les fluctuations du chômage
Ces fluctuations sont représenté entre la France et les USA . On nous montre l’évolution temporelle depuis 1965 . Deux conclusions peuvent être tiré de ce graphique . Quelque soit le pays , le taux de chômage fluctue . Cela est plus marqué aux USA . 
On a des intervalles de temps brèves .
Ensuite , le taux de chômage français a eu tendance à croître dans les années 80 pour se stabiliser a un niveau plus élevé que les USA . Depuis 85 , il s’établit à un niveau moyen beaucoup plus élevé que l e chiffre américain .
Enfin , il y a un caractère cyclique du chômage ; On voit une décrue à partir de 2005 , puis une reprise marqué depuis 2008 . On retrouve le même schéma aux USA .  La France , en 2008 passe au dessus des 2 millions de chômeurs .
4.5 millions d’emplois ont été détruits depuis le début de la Crise aux USA et chaque mois , 600.000 emplois sont détruits ?

Cette relation entre le taux de chômage et la conjoncture économique peuvent se lier à partirt de la loi D’Okun . Mise en évidence d’une relation décroissante entre taux de croissance du PIB et variation du taux de chômage . ( Arthur d’Okun)
 Chaque carré représente un carré , pour une année , une variation du chômage de  1.5 point est lié a 1% de PIB en plus . Plus le taux de croissance du PIB est fort est plus lke taux de chômage vaire négativement . La relation d’Okun traduit la dimension conjoncturelle du chômage .

Enfin , il y a un chômage naturel  . Elle est déterminé par le fonctionnement du marché du travail . Il y a un taux de chômage positif quel que soit la conjoncture économique .  Ce taux de chômage moyen varie selon les époques .
Chômage naturel :
Chômage moyen autour duquel le taux de chômage courant fluctue
Chômage conjoncturel
Écart du chômage par rapport à son niveau naturel

 Diversité des taux de chômage
Très forte hétérogénéité des taux de chômage entre périodes et pays . 
LE taux de chômage a cru dans les années 60 , dans les pays nordiques il est revenu normal en 90 . Dans les pays méditerranéens , cela n’a pas évolué .
L’hétérogénéité est très forte selon les différents groupes démographiques .
Le chômage féminin diffère selon les pays nordiques et les pays du sud .

Cette hétérogénéité se retrouve aussi dans le taux de chômage des jeunes et des seniors . Dans des pays comme la France , le taux de chômage des seniors est très fort . L’essentiel du risque repose sur les jeunes ( première victimes de la précarité ) .

Mesure du taux de chômage
-Population en âge de travailler : 15-64 ans , 250 millions en Europe
- Population active : ensemble des personnes ayant ou cherchant un emploi , Europe 170 Millions versus USA 137 Millions
-Taux de participation : rapport entre population active et population en âge de travailler
-Taux d’emploi : Nombre d’employés par rapport à la population en âge de travailler
-Taux de chômage ; Nombre de chômeurs par rapport à population active .

Définition du chômage en France
-Demandeurs d’emploi inscrits au Pôle Emploi
-Catégorie 1 : Ensemble des chômeurs comptabilisés
 .Personne en recherche d’emploi à temps plein et durée indéterminée
 . Moins de 78h d’activité au cours du dernier mois
. Immédiatement disponible  pour un emploi ( Définition la plus proche du BIT)
C’est la mesure la plus proche de celle du BIT . Cela permet ainsi une comparaison internationale . Le taux de chômage est aussi mesuré par l’enquête  emploi de l’INSEE( enquête régulière , chaque année ) .
   Cette définition a un degré arbitraire et donc ne suffit pas .
Le Halo du chômage
 - Cela regroupe ceux qui ne rentrent pas dans la catégorie 1
- Les frontières sont floues entre l’activité et l’inactivité . Ces personnes ne sont pas inscrites au pole emploi . Il s’agit de chômeurs découragé , inactif mais qui aimerait travailler . Cela pose la difficulté de poser des frontières strictes et claires entre l’inactivité et l’activité .

Questions  :
Comment expliquer le chômage conjoncturel ?
Comment expliquer chômage naturel ?
Comment expliquer diversité des taux de chômage ?

I)B) Créations et destructions d’emplois
En France , il y a une forte réallocation de main d’œuvre . Ce marché est en perpétuel modification . On a 2.3millions détruits en France par an . ( 15% du stock d’emplois d’une année , 10.000 par jour et 7 par minute)
Mais la créations d’emplois tout aussi importantes chaque année . La vision apocalyptique est erroné car on a toujours des créations d’emplois importantes . Les emplois sont détruits mais d’autre sont refait .

 C’est un phénomène commun à toutes les sociétés .
 - Processus d’innovations et de créations - destructions ; rôle du marché du travail est de réallouer la force de travail vers ces nouveaux postes .
-Spécificité d’une relation : imperfection de l’information , la création d’un emploi nécessite du temps . Pour un 1 emploi crée , on a 5 embauches et 4 séparations . 

 IL y a toujours des soucis d’imperfections d’informations . Tout prend du temps , on se tâte . Cela se mesura par le fait que pour un emploi crée ,  on a 5 embauches et 4 séparations .

Le taux de réallocation = Gains Bruts + Pertes brutes .
Mais ce processus de réallocations se font au sein du même secteur et sont lié à l’évolution des productivités  . Même dans des secteurs en pleine expansions , on a un processus de créations destructions .

          La courbe de Beveridge .
Beveridge a mit en évidence la coexistence d’emplois vacants et de chômeurs au cours d’une même période , il y a une relation décroissante .
Mesure de l’efficacité du processus de réallocation :
Pour un même nombre d’emplois vacants , le chômage peut-être beaucoup plus élevé dans certains pays

Cela mesure l’imperfection de l’information sur le marché du travail , l’efficacité du processus de réallocations ; Cette courbe de Beveridge mesure ce processus de réallocation .

Si l’économie pourvoit de nombreux emplois vacants , il est facile de trouver un emploi et le taux de chômage sera faible . Si l’on est dans une économie de chômeurs . Dans ce cas , la probabilité qu’un emploi reste vacant sera faible , le nombre d’emploi vacant sera ainsi faible .
La distance de cette courbe par rapport à l’origine mesure l’efficacité du processus de réallocation . Pour essayer de montrer l’interprétation graphique , plus la courbe se déplace vers la droite et plus le nombre de chômeurs est élevé . Plus elle est proche de l’origine est plus le processus de réallocation est efficace .
En France , les taux de chômages étaient faible dans les années 70 , dans les années 80 90 , le taux du chômage était plus élevé . Aux USA ; ils sont revenus a la situation des années 70 mais plus depuis 2008

I)C) Taux de participation
Les taux d’emplois sont hétérogènes entre pays . . On retrouve les mêmes problèmes de taux d’emploi que dans les taux de chômage . On remarque toujours la même hétérogénéité entre les pays Nordiques et les pays méditerranéens 
La très grande faiblesse des taux d’emploi s des seniors sont lié aux politiques de pré retraites prises dans ces pays . 
L’évolution du chômage est l’évolution de deux grandes forces , on a le poids de la démographie  ( a court terme , l’importance de la démographie peut être positive )
La seconde grande force provient  de la création  d’emploi qui diminuent le taux de chômage .
On s’et trop focalisé sur la démographie 

I)D)évolution des salaires
Il y a une forte hétérogénéité  de l’évolution des salaires . De manière globale . L’évolution temporelle depuis 1970 . Le salire réel a plus argumenté dans La CEE qu’au USA ; Cependant , l’évolution américaine cache de nombreuses disparités .
 
Aux USA , on a une hausse des salaires conséquentes , de 40 % pour les plus riches ? La hausses est colossale alors que les travailleurs les plus pauvres ont vue leurs salaires réel diminue .

II) Détermination de l’emploi , du chômage et de ses salaires

2.1 Classification du chômage
Quelles sont les écarts par rapport au plein emploi ?
-Insuffisance d’offre de biens et services : Chômage classique
Contraintes d’offre qui empêchent les entreprise de produire plus et donc d’augmenter la demande de travail , chômage volontaire

IL faut alors une politique de baisse du coût du travail . On considère que les chômeurs sont au chômage car ils n’acceptent pas un salire ridicule .

Puis il y a une deuxième type de chômage , le chômage keynésien
-Contraintes de demande et de débouchés pour les entreprises ( ex crise financière et économique actuelle)  qui limite leurs productions et la demande de travail , on a un chômage involontaire
- IL faut une politique de relance de la demande de biens et services
-études chômage conjoncturel et politiques de relances

 Enfin , on a un chômage d’équilibre
Égalité de l’offre et de la demande de biens à plus long terme
-Mais compatible avec l’existence d’un taux de chômage positif
Taux de chômage d’équilibre dû aux imperfections du fonctionnement du marché du travail et des biens

 Quelles sources du chômage prédominent ?
-Hétérogénéité des sources du chômage dans un même pays en fonction des qualifications , du secteur d’activité , de la période
-Hétérogénéité des taux de chômage entre pays et dans le temps , interactions  entre les chocs macro économiques et les institutions .

2.2 Représentation simplifiée du marché du travail
Le fonctionnement du marché du travail . . Le marché du travail et la détermination de l’emploi peut se faire en représentant l’offre de travail et le saliare réel . L’offre de travail est une courbe croissante dans ce cadre .
-Offre de travail = arbitrage entre la consommation et le loisir . Il y a une relation croissante entre le Salaire et l’Offre . Plus le salaire est élevé et plus le coût d’opportunité du travail augmente . 
- Demande de travail : maximisation du profit . Relation décroissante entre le salaire réel et la demande de travail . Cela résulte d’une logique de maximisation du profit des entreprises . Si les coûts grandissent , la demande de travail diminue .
On a plein emploi lorsque le salaire est égale . Lorsque ‘il équilibre l’offre et la demande de travail ( salaire de CPP)
- Il y a chômage si le salaire est supérieur au salaire de CPP ( salaire de CPP qui correspond à la productivité du travail .)
La productivité marginale est le supplément de production pour une heure ou un travailleur supplémentaire . Ceci est comparé au coût marginal ( supplément du coût lié l une heure supplémentaire ) .



2.3 Chômage d’équilibre et modèle WS-PS
Quel cadre théorique pour comprendre la détermination de l’emploi d’équilibre ? L’existence du chômage ? L’hétérogénéité des taux de chômage et de salaires entre pays ?
-Nécessité de dépasser le modèle Offre Demande de travail pour tenir compte des imperfections de la concurrence dans la détermination des salaires et des prix .

2.3.1 Détermination des salaires
Deux faits majeurs dans la détermination des salaires
 - Un travailleur reçoit en général un salaire supérieur à son salaire de réservation . I.e au salaire pour lequel il lui serait indifférent d’accepter l’emploi proposé ou de chercher un autre emploi
- Le salaire dépend des conditions du marché du travail , en particulier du taux de chômage . Plus le taux de chômage est bas et plus les salaires négociés sont élevés .
LE salaire est fixé en fonction du marché du travail . Plus le taux de chômage est bas et plus les salaires négociés sont élevé . Le salaire dépend des conditions du marché du travail .

 Explications traditionnelles
 - pOuvoir de négociation
 Institution du marché du travail , Niveau du taux de chômage , degré de monopsone ( complément du monopole sur le marché du travail , le monopsone correspond à une  situation d’un demandeur de travail , l’entreprise pour une forte offre ) 
  - Salaires d’efficience
   Les entreprises ont tendance à fixer les salaires au dessus du salaire de réservation pour renforcer la motivation et l’effort des salariés , ( Logique du don et contre don de Marcel Mauss )
  Importance de la fidélisation de la main d’œuvre : amortir les coûts de formations , d’embauches et de réallocations  . Exemple des  augmentations de salaires chez Ford .

Cette détermination du salaire peut se représenter a partir d’équation de wage setting , WS
Possibilité de résumer l’ensemble de ces éléments à partir de la détermination des salaires ne fonction du niveau des prix , du taux de chômage et des différentes institutions du marché du travail .  W=P*F(u,z)  u et z = taux de chômage et institutions .

  Niveau des prix P
Les salariés et les entreprises se soucient du salaire réel ( W/P) et non du salaire nominal , Cela correspond au pouvoir d’achat réel pour le travailleur et le coût réel du travail pour l’entreprise . 
Les syndicats doivent ainsi anticiper la hausse des prix .

Le niveau du taux de chômage ( deuxième influence sur la fixation du salire )
 Le taux de chômage joue négativement sur les salaires .
 Diminution du pouvoir de négociation
 Logique de salaire d’efficience : chômage comme mécanisme de disciple des travailleurs

 Les institutions du marché du travail = u
Ensemble des institutions qui augmentent les opportunités extérieures à la relation d’emploi (allocation chômage , taxes ) ou qui limitent les ajustements de salaires ou de conditions de travail ( salaire minimum , protection de l’emploi ….)

2.3.2 Détermination des prix ( la composante de la demande de travail et la capacité de fixer les prix ) 
Relations entre prix , salaire et taux de marge . On suppose que
 - A court terme , production dépend du travail N ( et de la productivité du travail A , négligées ici ) Y=N
-Hypothèse de rendements constants
Produire une unité supplémentaire nécessite l’embauche d’un travailleur supplémentaire payé au saliare W

 Si marché des biens concurrentiel
  - Bénéfice marginal d’une embauche = Productivité marginale ( supplément de bien)* Prix de vente ( P
Coût marginal d’une embauche = Salaire W
En CPP, P=W ( il faut que le supplément de richesse crée par un travailleurs soit égale au coût d’embauche de ce travailleur ) . Car le Cm=Rm en CPP

  Mais la plupart des marchés ne sont pas concurrentiels .
 -Situations non concurrentielles ( ex monopole ) Possibilité de fixer un prix de vente supérieure au coût marginal ( li y a donc bénéfice )
- La marge des entreprises est mesuré par un taux de mark-up positif µ P=(1+µ)*W .
Plus le taux de marge est élevé et plus le prix est supérieur au coût de production , les marges deiennet ainsi importantes . 
( Exemple de monopole , les taxis )

2.3.3 Salaires réels , emploi et chômage
Salaire réel d’équilibre
Équilibre sur le marché du travail implique que le salaire déterminé lors des négociations salariales soit égal au salaire induit par la détermination des prix .
 Confrontation entre les équations WS( stratégie de fixations des salaires des travailleurs  et PS( stratéie de fixations de prix
W=P*F(u,z) P=(1+µ)W

On peut déterminer ainsi un salaire d’équilibre et un chômage d’équilibre .  La courbe repésnete la relation entre le salaire réel et le taux de chômage . Plus le taux de chômage est élevé et plus le salaire réel négocié sera faible .
SI le chômage est faible en revanche , le pouvoir de négociations sera élevé .

Du coté des entreprises , les prix sont fixé comme un taux de marge sur le coût du travail . On a supposé que les rendements étaient constants ( le prix ne dépendent alors que du taux de marge ) .La courbe PS représente le salaire réel induit par la détermination de prix . L’intersection entre la courbe PS et la Courbe WS sera le salaire réel d’équilibre .
  
    Cette présentation peut se reformuler . Cette généralisation du modèle Offre de Travail et demande de travail prend alors en compte la concurrence imparfaite .
- La courbe WS est une courbe d’offre de travfial dans le plan salaire réel emploi
- La courbe PS est une courbe de demande de travail constante dans le plan salaire réel emploi . Si les rendements marginaux du travail sont constants , et une courbe décroissante du salaire si les rendements sont décroissantes .

   Le taux de chômage d’équilibre .
 - Détermination
 . Taux de chômage qui résulte de la fixation du salaire réel d’équilibre
Égalisation des équations WS et PS .

  Interprétation
 - Taux de chômage qui dépend des paramètres structurels du fonctionnement du marché des bines et du marché du travail .
- Paramètres structurels du marché du travail :z
 -allocation chômage ou tout autre institution qui augmente le pouvoir de négociation et donc les salires
-Déplacement vers la droite de la courbe WS entraîne une hausse du taux de chômage  d’équilibre . Une hausse des instituions tel que le salaire minimum , l’ensemble des salaires vont alors augmente   . L nouvel équilibre se situe alors à l’intersection des deux courbes . Ce nouvel équilibre correspond d’un nouveau taux de chômage d’équilibre  . 

  Paramètres structurels du marché des biens µ
Si le pouvoir de marché augmente , alors le taux de chômage d’équilibre augmente . Si le taux de marge augmente , le salaire réel négocié va diminuer et le taux de chômage d’équilibre augmentera .

Fin
Comment expliquer les fluctuations conjoncturelles du taux de chômage ?
2)Comment expliquer l’hétérogénéité des taux de chômage entre pays ? 
2) Dans les comparaisons françaises et USA , les taux de chômage divergent , les taux de chômage naturelle  ; mais pourquoi ? 
La première explication revient sur les chocs macro économiques . Il u a eu beaucoup de chocs dans les différents pays . La première illustration corrects au ralentissement du taux de croissance de la productivité . Ce taux de croissance a affecté les conditions d’offre des entreprises .
Ensuite , les taux d’intérêts et leurs variations jouent sur cela . Les taux d’intérêt ont beaucoup augmenté en Europe  . Cela correspond à une diminution de la demande de biens . Cela augmente le coût d’emprunt , le coût de l’endettement augmente aussi et donc l’épargne va augmenter au détriment de la consommation .

Mais ces chocs macroéconomiques sont souvent communs  à la plupart des pays
 - Comment expliquer hétérogénéité des taux de chômage entre les pays ?
- Comment expliquer hétérogénéité par groupes démographiques à l’intérieur des pays si chocs macroéconomiques ? ( Des chocs macro-économiques  concernent l’ensemble des travailleurs et non une partie )
 - Pourquoi les chocs macroéconomiques devraient-ils se traduire par un ajustement du chômage plutôt que des salaires ?
 
 
Conclusion
Interaction entre chocs et institutions
Si l’on se focalise sur les institutions , on a du mal a expliquer les différences de taux d chômage entre la France et les USA dans les années 60 .
 - Rigidités réelles du marché de travail ne peuvent pas expliquer elles-mêmes les différences de taux de chômage entre pays
- Les chocs ont eut une propagation différente car les instituions ont accentuer les efforts sur une partie de la population et non le reste .
Une hausse de salaire minium augmente le coût du travail mais si la productivité augmente plus fortement , alors l’entreprise sera enjoué d’employer plus . En cas de cirse  ,

Commenter cet article