Melonio 5

Publié le par 1A 08/09 notes

Séance 5

31/03/09

 

L’horizon démocratique : la Guerre Civile américaine

 

 

S’intègre dans série de séances sur l’égalité et la recherche de l’égalité.

On a traité des ouvriers, aujourd’hui on parle des esclaves, plus tard des femmes, pour voir l’avancée de l’égalité dans une société démocratique. Stuart Mill a écrit (poly p 140) : « Quelle domination paraît jamais contre-nature à ceux qui la possèdent ? ». Se réfère à Aristote : il y a les hommes libres et ceux nés pour l’esclavage. Stuart Mill dit : « Pourquoi remonter à Aristote : est-ce que les Etats du Sud propriétaires d’esclaves ne soutenaient pas la même doctrine ? ».

Esclavage question majeure aux Etats-Unis, et dans la mémoire.

 

 

I)                   Chronologie

 

A)    Constitution américaine (1787)

 

Constitution ratifiée en 1787 rentre en application en 1789, reconnaît l’esclavage, qui est introduit au XVIIe pour culture du coton et du tabac. Question de l’esclavage mine le débat américain depuis le début, cette question n’est pas absente et ronge le travail juridique dès l’élaboration de la Constitution. Pb des constituants : comment garantir l’union de la jeune nation ? Trouver compromis entre Etats du Sud et du Nord. Etats du Sud exigent que les esclaves ne soient pas citoyens mais qu’ils soient cependant comptabilisés pour fixer le nbre de représentants à la Chambre. Compromis : la clause des 3/5e : on ajoute à la pop libre des différents Etats 3/5e des autres personnes. Esclaves ne sont pas désignés directement mais sont désignés par l’intermédiaire de cette clause.

Constitution importante car fonctionne comme le texte sacré de la tradition américaine. « We, the people, in order to form a more perfect union ». Elle est mentionnée dans le discours d’Obama sur la race, discours du 18 mars à Philadelphie.

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Noir+1+VF/video/x5mxnu_barack-obama-discours-de-philadelph_news

 

 

Frappant ici : il s’agit d’un point d’origine, celui de « l’expérimentation improbable de la démocratie ». Notion de promesse.

Ce qui compte dans cette constitution c’est ce que dit la suite de son discours « ultimately unfinished ». La constitution laisse la question de l’esclavage ouverte. Donc la dernière élection posait question de savoir comment finir ce processus de la Constitution.

 

B)    1808 Interdiction de la traite

 

Interdiction du commerce triangulaire, interdiction de ramener de nouveaux esclaves. Rentre dans une campagne des opinions française, anglaises et amériaines anti-esclavagiste. C’est une lutte contre « the peculiar instiution » : on ne désigne pas directement le mal mais on utilise cet euphémisme.

 

C)    1820 compromis du Missouri

 

Question est tjs la même : comment limiter la progression de l’esclavage ? Question posée au cours du XVIe congrès : le Missouri, ancienne Louisiane, demande à être intégrée dans l’Union comme état esclavagiste, ce qui changerait l’équilibre. Compromis admet simultanément un état esclavagiste (Missouri) et un non esclavagiste (Maine). De plus, on limite l’esclavage géographiquement dans l’ancienne Louisiane.

Jefferson trouve ce compromis dangereux car favorable à l’esclavage.

La ligne entre Nord et Sud est tt le tps retravaillée jusqu’aux années 1860.

 

D)    25 août 1831 : insurrection de Nat Turner (voir William Styron)

 

Célèbre révolte. 55 Blancs sont tués. Voir roman de William Styron où il met Nat Turner comme narrateur, intéressant pour comprendre sensibilité des Noirs de l’époque.

 

E)    Civil War (1861-1865)

 

En préalable : 1852 Uncle Tom’s Cabin. C’est LE best seller américain de l’époque après la Bible. Lincoln a dit que c’était la meilleure des armes.

 

La guerre civile proprement dite :

- novembre 1860 : élection de Lincoln, bien préparée par sa campagne dans l’Illinois. Election donne lieu à une sécession …

- 8 février 1861 : création des Etats confédérés. Les Américains du Sud élisent leur président Jefferson Davis. C’est ce qui déclenche la Civil War.

- 1862 : déclaration d’émancipation (emancipation proclamation) par Lincoln qui lui permet d’avoir des soldats noirs dans troupes qui combattent les Etats du Sud. Noirs affranchis s’engagent nombreux.

- 9 avril 1865 : victoire des troupes du Nord et reddition du général Lee.

- 14 avril 1865 : assassinat de Lincoln.

- 18 décembre 1865 : 13e amendement. Ceci se fait dans climat d’affrontement très violent.

- 24 décembre 1865 : fondation du Ku Klux Klan (le nom vient de Kuklos, qui veut dire cercle, Klan car bcp d’Ecossais dans les vétérans). Ce sont d’abord des vétérans du Tennessee qui veulent empêcher sa reconstruction en assassinant des Noirs. Membres déclinent après la 2nde GM.

 

F)     Reconstruction et ségrégation

 

Reconstruction processus lent à cause de la résistance du Sud. Une série de lois tente d’introduire les Civils rights.

1866 : Civil Rights Act, une nouvelle loi en 70 puis en 71. But : faire voter les Noirs.

15e amendement de 1869 proclame le droit de vote des Noirs, mais gouffre entre l’amendement et la pratique. Donc d’autres proclamations en 1957, en 1964…

 

18 mai 1896 : arrêt Plessy v. Ferguson. Instaure la ségrégation, usage de dénégation « seperate but equal » : retarde l’égalité.

 

II)                Harriet Beecher Stowe : une petite dame pour une grande guerre. Puissance de la fiction

 

Années de cheminement vers la guerre civile : années 1850-60.

Roman La Case de l’Oncle Tom (ou la vie parmi les humbles) en 1852, d’abord publié en feuilleton car presse joue un rôle fondamental.

Roman se base sur une enquête détaillée auprès des esclaves qui ont fui.

Harriet B. Stowe : protestante, milieu prédicateur. Immense succès, Lincoln aurait dit : « c’est cette petite dame qui a fait cette grande guerre ». Elle a un peu qqch de commun avec George Sand, sauf que Stowe est très religieuse. Le progressisme américain est très pénétré de l’univers biblique et religieux contrairement à la France.

Histoire : dans le Kentucky, chez un riche planteur philanthrope Selby qui a des soucis d’argent, et qui vend l’Oncle Tom et Henry, fils de l’esclave Elisa. On suit le trajet de Tom, Henry et Elisa. Tom vendu à un bon puis un mauvais maître, qui veut qu’il dénonce et fouette les autres : il refuse et est battu à mort. Henry et Elisa s’échappent et s’installent en Afrique au Libéria. Symbolique : un esclave meurt (et conduit à émanciper les autres) et d’autres s’échappent.

Pourquoi au cœur de polémiques ? Quand on dit de qqn qu’il est un Oncle Tom ce n’est pas un compliment : dire qu’il a de bons sentiments et qu’il accepte l’oppression ; il ne sait pas se révolter et se résigne à mourir. Stratégie de rupture ou de conviction des Blancs ? Stowe croit au pouvoir de conviction, Tom convertit les blancs par sa mort. De nos jours on pense l’inverse.

 

Chap 5 : les bons planteurs et leurs discussions. Titre montre la sensation de la propriété vivante lorsqu’elle change de propriétaire. Propriété vivante est le terme juridique pour esclaves. On assiste à réaction d’Elisa lorsqu’elle entend ses maîtres discuter de la vente de Tom. Emotion vient de ce que les maîtres sont de bons maîtres. Connaissent donc un conflit de sentiments ; et le marchand d’esclaves est odieux « a man of leather » qui ne pense qu’à gagner de l’argent. L’humanité d’Emily ne veut pas dire qu’elle se fait l’égale de Tom ou Elisa. Elle sit plus loin « Tom a un noble cœur, un cœur fidèle, bien qu’il est noir ». Nous ne sommes pas dans un univers égalitaire. On mobilise le christianisme au nom de l’égalité sans pour autant aller jusqu’au sentiment de l’égalité. Puis Emily rappelle que c’est elle qui a enseigné le christianisme aux esclaves : c’est sorte de paternalisme affectif. Puis elle plaide pour l’abolition au nom du christianisme. Argumentation efficace : Noirs montrés comme des êtres humains comme les Blancs pour créer du sentiment de similitude. Elisa en partant s’excuse auprès de ses maîtres, et elle emmène un perroquet et un chien auxquels tient son fils : la douceur envers les animaux est preuve d’humanité, Elisa est montrée comme ayant les mêmes sentiments qu’une mère blanche. Appel à la sensibilité de la lectrice. De plus, dans ce roman, Stowe tente de rendre au maximum la langue des Noirs, qui dit l’extériorité des races : d’où un pb de traduction, l’équivalent en français serait peut-être le créole.

 

Chap 9 : la fin de l’Oncle Tom. On arrive dans le pathétique. Tom se soumet à son mauvais maître au nom de sa foi chrétienne, et il excuse ses maîtres. Sa force quand il meurt : le fils de son premier maître assiste à sa mort et est converti et promet de lutter pour l’émancipation.

 

Livre complété par Stowe par défense sociologique, c’est un roman appuyé par une enquête sociale.

 

III)             Lincoln, président de l’Union

 

Débat entre Lincoln et Douglas en 1858. Ce qui se joue est la même question du rapport entre esclavage, similitude et émancipation.

 

Lincoln 16e pdt des EU et premier assassiné. Personnage très compliqué et ambigu, au cœur de la glorification du combat civil.

En fait, dans texte, Lincoln très réticent à penser l’égalité avec les Noirs.

Lincoln est le modèle même de l’éloquence politique américaine.

Le Lincol-Douglas Debate se perpétue: compétition annuelle dans les high school porte le même nom chaque année, et tourne en tournois nationaux. En 2007 le sujet était « l’activisme judiciaire est injuste en démocratie ».

Lincoln modèle de trajet présidentiel : naît en 1809 dans une cabine en rondins du Kentucky, fils de pionniers illettrés, lit Robinson Crusoé et la Bible. S’installe dans l’Illinois, devient avocat. Bégaye, a un physique particulier comme une grande araignée. Connaît une série d’échecs : sénateur en 46 mais battu et arrête un moment. Campagne de 58 s’achève sur une défaite, mais le conduit à candidature naturelle à présidence des Etats-Unis car débats ici sont fondamentaux (pas de débats contradictoires quand on est candidat à la pdece).

Douglas candidat à la présidentielle de 1860 contre Lincoln : partisan de la souveraineté du peuple dans chaque Etat ; Lincoln lutte pour limiter l’esclavage ; Douglas veut que chaque Etat choisisse s’il veut être esclavagiste ou non. Douglas se rallie à Lincoln pendant guerre de Sécession.

Lincoln propose à Douglas de faire des débats contradictoires pour campagne. Ont 7 débats dans différentes villes de L’Illinois, ne discutent en fait que de l’esclavage. C’est du grand spectacle : 12  000 spectateurs au premier à Ottawa. Les deux persos s’opposent et prêtent à caricature : Douglas et petit avec une grosse tête et une démarche de canard. Douglas fait craindre les mariages mixtes si on abolit l’esclavage : horreur pour les Blancs, dit à propos du Noir : « je ne le considère pas comme mon égal ».

7e débat le 13 octobre 1858 : règle du temps de parole égal, là c’est Lincoln qui commence pdt une heure, puis le 2e répond une heure et demie, et le dernier enchaîne une demi-heure. Art de la gestion du temps de parole, de la cohérence des arguments.

 

Contenu des discours : Lincoln p 100 se réfère à la plate forme électoral, le programme électoral. En 1858, première fois que nous avons vraiment la plate-forme électorale. Le parti républicain a été fondé en 1854, cohérence partisane, programme collectif, des « black-republicans » : au début ce sont bien les républicains qui sont favorables à l’abolition de l’esclavage.

Lincoln répond à une attaque de Douglas. Le bas de la page 100 montre que Lincoln est à cette époque contre le vote des noirs, contre les inter mariages. Il croit à l’infériorité de la race noire et à la différence physique : veut abolition de l’esclavage mais pas l’égalité sociale et politique, il n’y croit pas.

Deuxième argument : n’intervient pas là où l’esclavage existe déjà. On laisse aux Etats ce qui relève des Etats. Là aussi pragmatisme et pas croisade pour abolition de l’esclavage.

But de Lincoln ? P 101, se réfère à la Déclaration d’Indépendance « tous hommes sont créés par Dieu, dotés de droits inaliénables ». Contexte religieux : textes de fin du XVIIIe sont vus comme sacrés, on lutte pour abolition de l’esclavage au nom de ces textes.

 

Deuxième temps du discours : plus général. Appréciation morale de l’esclavage, «  un mal, tendre vers son recul ». Gradualisme : indemniser progressivement les planteurs. Puis p 103 : Lincoln sait qu’il est minoritaire, qu’il a contre lui le sentiment démocratique. Objecte à Douglas qu’il y a qqch au dessus de la souveraineté du peuple : la morale est au dessus de la démocratie. Pb de Lincoln est d’abord de sauvegarder l’union, de sauver les Etats-Unis d’Amérique, pour lui l’esclavage est un cancer qui ronge l’union américaine. Lincoln prend aussi le parti de l’homme simple face à l’homme du Sud. Lincoln est une figure contrastée, n’a pas été consensuelle au XIXe siècle, apparaît consensuelle entre les deux guerres mondiales car apparaît comme sauveur de l’Union. Entre 1915 et 1921 monument du Lincoln Memorial, élevé pour le sauveur de l’Union et non pas pour le défenseur des Noirs.

 

Henry Fonda incarne le jeune Lincoln au cinéma : John Ford, Vers sa destinée (1939).

 

 

IV)             L’héritage : de Martin Luther King à Barack Obama

 

Discours de MLK le 28 aout 1963 pour le centenaire de l’émancipation des esclaves se fait au Lincoln Memorial.

Il revient aux promesses de la démocratie, qu’il retrouve chez Lincoln, il s’y réfère pour demander droits nouveaux pour les Noirs. Prend idée de la non-violence, tradition pragmatique de modifier choses sans recourir à la violence.

MLK après Lincoln travaille à la réconciliation de la mémoire. Lincoln met fin au compromis initial entre l’Union et l’esclavage. MLK reprend idée d’une réconciliation à faire.

 

Bureau sénatorial d’Obama : réutilisation politique de la mémoire.

Il y a le portrait de Lincoln et le discours de MLK. Façon de penser l’Amérique face à la promesse initiale.

 

Publié dans Mélonio

Commenter cet article